Comment bien référencer son site web dans les moteurs de recherche ?

Comment bien référencer son site web dans les moteurs de recherche ?

Bien référencer son site internet dans les moteurs de recherche n’est pas toujours une priorité lorsque l’on crée un nouveau site web. En tant qu’entreprise ou indépendant, on pense tout de suite aux informations que l’on veut partager avec son audience, aux objectifs commerciaux que l’on se fixe, aux couleurs et au design.

On pense rarement au référencement naturel du site, ou SEO (Search Engine Optimisation) et c’est pourtant ce critère qui fera ou non le succès de votre site internet. Car qu’on le veuille ou non, si votre nouveau site n’apparait pas dans les moteurs de recherche, il y a très peu de chance pour que son trafic, c’est-à-dire son nombre de visiteurs, se développe par magie, sauf à investir beaucoup d’argent dans la publicité payante.

Le référencement naturel doit donc être une des variables clés lors du développement d’un site et voici les 3 piliers sur lesquels porter votre attention pour optimiser votre SEO :

  • La technique
  • Le contenu
  • Les liens entrants (ou backlinks)

Le pilier technique : base du SEO

Les éléments techniques correspondent au code de votre site. Ils définissent comment le site s’organise et si les moteurs de recherche comprennent de quoi il parle. Il y a 6 éléments clés à prendre en compte lorsque l’on veut améliorer son référencement naturel et que l’on évalue « le pilier technique » de son site :

  • le code et les balises
  • le « responsive » du thème choisi
  • l’optimisation pour le format mobile
  • le protocole de sécurité https
  • le contenu dupliqué
  • la vitesse de chargement.

1. Le code et les balises

Un petit tour dans la « démo » d’un site vous permettra de vérifier que le code est « propre » et les balises utilisées correctement. Souvenez-vous de vos cours d’histoire de 6ème. On nous faisait écrire les grands titres en rouge, puis les sous-titres en vert, et éventuellement les titres des différentes sections en noir. Dans votre site, c’est pareil. Chaque élément doit avoir sa balise (sa couleur de titre) pour que les moteurs de recherche comprennent l’organisation de votre contenu. Si vous mettez un titre en vert avant un grand titre en rouge, on n’y comprend plus rien et les moteurs de recherche non plus.

florian-olivo-4hbJ-eymZ1o-unsplash

1. Le code et les balises

florian-olivo-4hbJ-eymZ1o-unsplash

Un petit tour dans la « démo » d’un site vous permettra de vérifier que le code est « propre » et les balises utilisées correctement. Souvenez-vous de vos cours d’histoire de 6ème. On nous faisait écrire les grands titres en rouge, puis les sous-titres en vert, et éventuellement les titres des différentes sections en noir. Dans votre site, c’est pareil. Chaque élément doit avoir sa balise (sa couleur de titre) pour que les moteurs de recherche comprennent l’organisation de votre contenu. Si vous mettez un titre en vert avant un grand titre en rouge, on n’y comprend plus rien et les moteurs de recherche non plus.

sigmund-65u8D-iNh0M-unsplash

2. Le "responsive" du thème choisi

Si vous travaillez avec un prestataire...

Si vous utilisez un prestataire (agence ou freelance), n’oubliez pas de mentionner la nécessité du responsive dans votre brief. Cela vous évitera les mauvaises surprises. Il y a 10 ans, quand les outils n’étaient pas vraiment au niveau, il était facile de pardonner des erreurs d’affichage ou des éléments qui se chevauchent lorsqu’on consulter un site sur tablette ou mobile. Aujourd’hui les visiteurs attendent de la qualité, notamment dans l’affichage des éléments et les moteurs de recherche vous pénaliseront si votre site ne s’affiche pas correctement dans d’autres formats que le format desktop.

Si vous utilisez un CMS...

Si vous utilisez un CMS (plate-forme de création de site) et que vous choisissez un thème dans une bibliothèque, il est essentiel de vérifier que l’affichage du site se fera correctement quelque soit le format sur lequel votre visiteur regarde le site. Pour cela c’est très simple. Ouvrez la démo dans une page internet (via Chrome par exemple) et modifier la taille d’affichage de la page. Si tous les éléments s’affichent correctement dans la page et dans différentes tailles, alors votre site est bien « responsive ». Si des éléments se chevauchent lorsque vous réduisez la taille de l’écran alors mieux vaut chercher un autre thème.

2. Le "responsive" du thème choisi

sigmund-65u8D-iNh0M-unsplash

Si vous travaillez avec un prestataire...

Si vous utilisez un prestataire (agence ou freelance), n’oubliez pas de mentionner la nécessité du responsive dans votre brief. Cela vous évitera les mauvaises surprises. Il y a 10 ans, quand les outils n’étaient pas vraiment au niveau, il était facile de pardonner des erreurs d’affichage ou des éléments qui se chevauchent lorsqu’on consulter un site sur tablette ou mobile. Aujourd’hui les visiteurs attendent de la qualité, notamment dans l’affichage des éléments et les moteurs de recherche vous pénaliseront si votre site ne s’affiche pas correctement dans d’autres formats que le format desktop.

Si vous utilisez un CMS...

Si vous utilisez un CMS (plate-forme de création de site) et que vous choisissez un thème dans une bibliothèque, il est essentiel de vérifier que l’affichage du site se fera correctement quelque soit le format sur lequel votre visiteur regarde le site. Pour cela c’est très simple. Ouvrez la démo dans une page internet (via Chrome par exemple) et modifier la taille d’affichage de la page. Si tous les éléments s’affichent correctement dans la page et dans différentes tailles, alors votre site est bien « responsive ». Si des éléments se chevauchent lorsque vous réduisez la taille de l’écran alors mieux vaut chercher un autre thème.

3. L'optimisation pour le format mobile

Aujourd’hui Google teste avant tout votre site sur son format mobile. Si le contenu de votre site n’apparait pas correctement, s’il y a des bugs ou si la taille des caractères est beaucoup trop petite pour être lus sur un écran mobile, vous serez automatiquement pénalisé.

charles-deluvio-6OF-Ly-5oJY-unsplash

3. L'optimisation pour le format mobile

charles-deluvio-6OF-Ly-5oJY-unsplash

Aujourd’hui Google teste avant tout votre site sur son format mobile. Si le contenu de votre site n’apparait pas correctement, s’il y a des bugs ou si la taille des caractères est beaucoup trop petite pour être lus sur un écran mobile, vous serez automatiquement pénalisé.

daniel-jerez-CD4WHrWio6Q-unsplash

4. HTTPS : le protocole de sécurité

La sécurité est un élément déterminant du pilier technique. Lorsque vous naviguez sur internet et que le protocole du site visité est en http alors Google vous indique que votre navigation n’est pas sécurisée. Cela signifie que si un pirate veut voir les données échangées sur ce site, il le peut. Comme un hélicoptère au-dessus de l’autoroute : il pourra voir toutes les plaques d’immatriculation dans les 2 sens. Si vous installez le HTTPS sur votre site, vous entrez dans un tunnel sous la montagne. Le pirate dans son hélicoptère ne peut plus voir les véhicules passer et il devient aveugle.

4. HTTPS : le protocole de sécurité

daniel-jerez-CD4WHrWio6Q-unsplash

La sécurité est un élément déterminant du pilier technique. Lorsque vous naviguez sur internet et que le protocole du site visité est en http alors Google vous indique que votre navigation n’est pas sécurisée. Cela signifie que si un pirate veut voir les données échangées sur ce site, il le peut. Comme un hélicoptère au-dessus de l’autoroute : il pourra voir toutes les plaques d’immatriculation dans les 2 sens. Si vous installez le HTTPS sur votre site, vous entrez dans un tunnel sous la montagne. Le pirate dans son hélicoptère ne peut plus voir les véhicules passer et il devient aveugle.

5. Le contenu dupliqué

L’obsession des moteurs de recherche comme Google est de présenter à l’utilisateur le contenu le plus qualitatif par rapport à sa requête. Si votre site affiche plusieurs fois le même contenu, le même paragraphe, les mêmes visuels, Google va dévaluer ce contenu qui n’a pas l’air si spécifique. Pire encore, si vous reprenez une partie du contenu d’un autre site, Google saura très bien qui a publié en 1er et vous pénalisera fortement pour avoir « copier » sur le voisin.

jack-robinson-oc4kVkjQJmI-unsplash

5. Le contenu dupliqué

jack-robinson-oc4kVkjQJmI-unsplash

L’obsession des moteurs de recherche comme Google est de présenter à l’utilisateur le contenu le plus qualitatif par rapport à sa requête. Si votre site affiche plusieurs fois le même contenu, le même paragraphe, les mêmes visuels, Google va dévaluer ce contenu qui n’a pas l’air si spécifique. Pire encore, si vous reprenez une partie du contenu d’un autre site, Google saura très bien qui a publié en 1er et vous pénalisera fortement pour avoir « copier » sur le voisin.

chris-liverani-HUJDz6CJEaM-unsplash

6. La vitesse de chargement

Encore une fois, puisque Google souhaite que l’utilisateur bénéficie de la meilleure expérience possible, la vitesse de chargement de votre site sera l’un des paramètres qu’il prendra en compte dans la notation de votre site. En effet, dans la majorité des cas, les utilisateurs ferment un site qui met trop de temps à se charger. En utilisant des fonctionnalités comme le « cache » vous améliorez le temps de chargement de votre site et donc l’expérience utilisateur.

6. La vitesse de chargement

chris-liverani-HUJDz6CJEaM-unsplash

Encore une fois, puisque Google souhaite que l’utilisateur bénéficie de la meilleure expérience possible, la vitesse de chargement de votre site sera l’un des paramètres qu’il prendra en compte dans la notation de votre site. En effet, dans la majorité des cas, les utilisateurs ferment un site qui met trop de temps à se charger. En utilisant des fonctionnalités comme le « cache » vous améliorez le temps de chargement de votre site et donc l’expérience utilisateur.

Pour résumé, travailler le pilier « technique » de son référencement naturel, c’est s’assurer que votre site est léger, qu’il est bien sécurisé et qu’il s’affiche rapidement.

Le pilier contenu

Le seul objectif d’un moteur de recherche est de vous trouver le contenu le plus pertinent en rapport avec votre requête. Il est donc essentiel que le contenu de votre site réponde aux besoins, questions ou problèmes de vos visiteurs afin de susciter un vrai intérêt de leur part.

Il est donc naturel concentrer son énergie sur les critères suivants afin d’améliorer la qualité perçue de votre contenu :

  • L’architecture du site
  • Le copywriting
  • L’optimisation du contenu

1. L'architecture du site

Il s’agit de l’organisation de votre site. Quelle arborescence avez-vous choisie pour présenter les informations présentes sur votre site ? Par ailleurs, comment ces informations sont-elles organisées dans les différentes pages ? Avez-vous « découpé » votre contenu en sections et/ou sous-sections. Utilisez-vous des catégories pour organiser le contenu de votre blog, et avez-vous adossé une ou plusieurs étiquettes à chaque article ? Toutes ces informations vont permettre aux moteurs de recherche d’anticiper la qualité perçue de votre site par les potentiels visiteurs. S’il est mal organisé, si les informations sont compliquées à trouver ou mal catégorisées, un moteur de recherche comme Google anticipera que l’utilisateur sera déçu de sa visite.

kelly-sikkema-gcHFXsdcmJE-unsplash

1. L'architecture du site

kelly-sikkema-gcHFXsdcmJE-unsplash

Il s’agit de l’organisation de votre site. Quelle arborescence avez-vous choisie pour présenter les informations présentes sur votre site ? Par ailleurs, comment ces informations sont-elles organisées dans les différentes pages ? Avez-vous « découpé » votre contenu en sections et/ou sous-sections. Utilisez-vous des catégories pour organiser le contenu de votre blog, et avez-vous adossé une ou plusieurs étiquettes à chaque article ? Toutes ces informations vont permettre aux moteurs de recherche d’anticiper la qualité perçue de votre site par les potentiels visiteurs. S’il est mal organisé, si les informations sont compliquées à trouver ou mal catégorisées, un moteur de recherche comme Google anticipera que l’utilisateur sera déçu de sa visite.

glenn-carstens-peters-npxXWgQ33ZQ-unsplash

2. Le copywriting

Il est essentiel de se concentrer sur la qualité du contenu de votre nouveau site. Est-ce que ce contenu répond bien aux questions ou aux problématiques de votre visiteur ?

Le visiteur ne vient pas juste par bonté d’âme. Il a tapé une requête dans son moteur de recherche et il cherche des réponses à ses interrogations. Est-ce que cela sera le cas sur le long-terme avec un contenu qui ne deviendra pas obsolète dans quelques semaines. Si vous devez modifier trop régulièrement le contenu de vos articles, peut-être ce contenu n’est-il pas formulé de manière optimale afin de répondre à la majorité des questions de vos visiteurs. Enfin une fois le contenu défini, il est obligatoire de le présenter de manière logique dans une page structurée avec des titres et des sous-titres, d’illustrer vos propos avec une diversité dans votre contenu : images d’illustration, vidéo, citations, listes à puces ; et d’adapter votre niveau de langage à votre audience en favorisant les phrases courtes.

2. Le copywriting

glenn-carstens-peters-npxXWgQ33ZQ-unsplash

Il est essentiel de se concentrer sur la qualité du contenu de votre nouveau site. Est-ce que ce contenu répond bien aux questions ou aux problématiques de votre visiteur ?

Le visiteur ne vient pas juste par bonté d’âme. Il a tapé une requête dans son moteur de recherche et il cherche des réponses à ses interrogations. Est-ce que cela sera le cas sur le long-terme avec un contenu qui ne deviendra pas obsolète dans quelques semaines. Si vous devez modifier trop régulièrement le contenu de vos articles, peut-être ce contenu n’est-il pas formulé de manière optimale afin de répondre à la majorité des questions de vos visiteurs. Enfin une fois le contenu défini, il est obligatoire de le présenter de manière logique dans une page structurée avec des titres et des sous-titres, d’illustrer vos propos avec une diversité dans votre contenu : images d’illustration, vidéo, citations, listes à puces ; et d’adapter votre niveau de langage à votre audience en favorisant les phrases courtes.

3. L'optimisation du contenu

Si vous utilisez un CMS, vous aurez à votre disposition un certain nombre d’outils afin d’optimiser votre contenu. Vous pouvez notamment commencer par les éléments basiques tels que :

  • l’url (adresse d’une page ou slug),
  • le titre de la page,
  • la description de la page,
  • les titres des éléments graphiques composants la page (images, vidéos, infographies, …).

L’objectif n’est pas de suroptimiser l’ensemble de ces éléments mais de simplifier la vie des robots afin de comprendre de quoi votre site parle.

stephen-phillips-hostreviews-co-uk-shr_Xn8S8QU-unsplash

3. L'optimisation du contenu

stephen-phillips-hostreviews-co-uk-shr_Xn8S8QU-unsplash

Si vous utilisez un CMS, vous aurez à votre disposition un certain nombre d’outils afin d’optimiser votre contenu. Vous pouvez notamment commencer par les éléments basiques tels que :

  • l’url (adresse d’une page ou slug),
  • le titre de la page,
  • la description de la page,
  • les titres des éléments graphiques composants la page (images, vidéos, infographies, …).

L’objectif n’est pas de suroptimiser l’ensemble de ces éléments mais de simplifier la vie des robots afin de comprendre de quoi votre site parle.

Le pilier "liens entrants"

Les liens entrants, ou « backlinks » en anglais, sont le dernier pilier de votre référencement naturel. Ils compteraient pour environ 60% de votre « notation » mais c’est le pilier qui est le plus généralement négligé. En effet, la plupart du temps, quand un site est finalisé et mis en ligne, le contenu ne change que très peu dans les mois qui suivent.

Or un site web est un élément vivant qui se doit d’évoluer en même temps que votre entreprise. Il y a toujours de l’innovation ou de nouveaux éléments qui rentrent en jeu dans toute industrie et il est donc logique que le contenu de votre site évolue régulièrement.

Pour évaluer la qualité de votre site, un moteur de recherche comme Google va cartographier l’ensemble des liens entrants qui amènent sur votre site. C’est-à-dire l’ensemble des liens appartenant à d’autres sites que le vôtre et qui renvoient sur l’une de vos pages.

Pour évaluer votre référencement et définir si le contenu sur votre page vaut le coup d’être consulté il va, en plus de regarder la quantité de liens entrants, regarder leur qualité :

  • Est-ce que ces liens proviennent de site qui ont « autorité » sur un domaine ? Si vous travaillez dans l’alimentaire, un lien provenant d’un grand blog culinaire en 1ère page de Google avec 15K visites par jour aura plus de poids qu’un lien provenant de la supérette du coin qui reçoit 20 visites par jour. On dit dans ce cas que l’on « hérite » d’une partie de l’autorité du site qui redirige vers notre page.
  • Est-ce qu’ils viennent de site dans le même domaine que vous ou dans un domaine complètement différent ? Si l’on considère toujours que vous travaillez dans l’alimentaire, un lien provenant d’un blog culinaire aura plus de poids qu’un lien provenant du magasin de vente d’article de pêche à la mouche. Google comprend mieux dans le 1er cas pourquoi le blog culinaire recommande votre page.
  • Où ces liens ont-ils été placés dans le site d’origine ? Si l’on décompose une page web, on constate qu’elle est souvent organisée comme suit : un en-tête, une partie « contenu », un pied de page et éventuellement une barre latérale. Si le lien entrant provient de la partie « contenu », il aura plus de poids que s’il a été placé dans le pied de page ou la barre latérale.

Un dernier conseil : Google surveille l’acquisition des liens entrants. S’il constate que vous avez échangé simplement un lien entrant contre un lien sortant avec une autre entreprise, il vous pénalisera. Attendez plusieurs mois entre l’apparition des deux liens. Par ailleurs, essayez d’acquérir des liens entrants à intervalles réguliers afin d’asseoir votre autorité.

Bien référencer son site web : une stratégie sur le long terme !

macu-ic-PbN_Gl_ZoMk-unsplash

Pour bien référencer votre site web, vous avez donc besoin de travailler les 3 piliers de SEO que sont la technique, le contenu et les liens entrants. Il est beaucoup plus facile de travailler sur ces piliers lorsque vous commencez un projet de nouveau site. Bien sûr il vous sera toujours possible de le faire par la suite mais cela vous demandera des efforts supplémentaires. 

Si cela n’est pas votre métier ou si vous ne vous sentez pas à l’aise pour le faire, vous pouvez faire appel à une agence ou un freelance spécialisé dans le référencement naturel. Ils pourront vous accompagner étape par étape sur cette longue route jusqu’à la 1ère page de Google. 

En effet, même en travaillant ces 3 piliers, le chemin est long jusqu’aux meilleures places en tête de première page. Vous n’êtes pas le seul sur le marché et vos concurrents, comme vous, mobilisent des ressources régulièrement pour améliorer leur propre référencement naturel.

Laisser un commentaire